Non ! les retraités ne sont pas des nantis à envier.

Dans cette période de crise, où les repères semblent égarés, dans une atmosphère parfois délétère, on cherche souvent plus à désigner des boucs-émissaires qu'à prendre des décisions courageuses. 

Non les retraités ne sont pas des Grands-parents indignes. De blocages en blocages, les pensions de retraite des professions libérales se sont érodées. Elles n'ont jamais suivi le taux de l'inflation.

Certes il faut que chaque catégorie sociale, chaque individu fassent les efforts nécessaires pour faire face à la situation financière de notre pays, mais selon l'expression à la mode, de "manière juste". La situtation des retraités est une des préoccupation majeures de notre société en raison de leur nombre croissant et de l'allongement de la durée de vie. Au-delà même des prestations de retraites qu'il faut défendre pour qu'elles n'en subissent pas indéfiniment l'érosion qui les cartactérisent et ne soient pas grevées de charge trop lourdes. Il faut alerter les pouvoirs publics sur la notion du "bien vieillir".

Le constat de l'augmentation du nombre du nombre des malades du vieillissement perdant leur autonomie doit nous inciter à penser solidairement la fin de vie. Cette voie de réflexion concerne les retraités, certes, mais auusi les actifs qui seront fatalement, à terme, face aux effets du vieillissement.

Les organisations syndicales des professions libérales, comme leurs associations doivent placer en bonne place de leurs préoccupations les conditions de vieillesse de leurs ressortissants.

La prévention est nécessaire en faisant prendre conscience du devoir de s'assurer très tôt contre la perte d'autonomie.

Les retraités font partie de l'économie professionnnelle : leurs problèmes relèvent d'une prise en charge globale de la vie.

Actuellement, il n'est pas rare de constater que des personnes de plus de 70 ans ont en charge leurs vieux parents atteints par le grand âge et les maladies cognitives. C'est donc un devoir pour les ainés qui vivent tous les aspects de la retraite que de signaler aux jeunes générations le devoir de "prévoir" pour affronter d'éventuels jours difficiles, aussi bien pour soi-même que pour les proches.

C'est un devoir aussi que d'envisager et de promouvoir les srtructures de repli dans des sites spécialisés comme les aides à domicile dans la sécurité. C'est aux actifs de promouvoir une politique de prévoyance pour les retraités d'exercice libéral...pour tenir compte aussi bien des crises sociales que des conceptions nouvelles de la famille qu'elles soient recomposées ou monoparentales, etc. Il s'agit d'un véritable changement culturel.

"Penser autrement la vieillesse". Une politique nationale tente de se mettre en place, mais c'est en tant que professionnels actifs responsables, soucieux de la solidarité entre générations qu'il faut envisager au sein des politiques syndicales une place à la réflexion et à l'action dans le domaine de la gérontologie aussi bien en matière de législation que de santé et d'environnement sécurisé.

Lucidité et prévention, tel est le message à transmettre en perspective du vieillissement et du grand âge.

 

Guy ROBERT

7 Octobre 2013

 EXTRAIT DU LIVRE BLANC DE LA cnrpl

 

 

 

 

 


 

La réforme des retraites place sous quasi-tutelle leurs caisses complémentaires dotées de très fortes réserves.

«Modernisation» pour les uns, «étatisation» pour les autres. L'État compte profiter de la réforme des retraites pour mettre la main sur les très indépendantes et bénéficiaires caisses de pension des professions libérales. Un choc pour les intéressés qui ont appris la nouvelle au moment de la publication du projet de loi, ce jeudi.

Principale mesure qui les fait bondir? L'exécutif nommera par décret le directeur de la Caisse nationale d'assurance-vieillesse des professions libérale (CNAVPL) qui verse la retraite de base des libéraux. Un DG auparavant élu par le conseil d'administration. Quant aux dix sections professionnelles (médecins, agents d'assurance, vétérinaires, etc.) qui gèrent les retraites complémentaires, elles seront étroitement contrôlées par la CNAVPL. Une mise sous tutelle effectuée pour remettre de l'ordre et «rationaliser» le système, se défend l'entourage de Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales.

Certes, certaines caisses ont pu être mal gérées, comme celle des médecins, reconnaissent les Libéraux qui s'étonnent de la sévérité de la décision. «Ils utilisent l'arme atomique alors qu'une tapette à mouche aurait suffi», fustige Michel Chassang, président de l'Union nationale des professions libérales (UNAPL). Et le médecin de s'interroger, de façon faussement ingénue, «sur la finalité d'une telle démarche». Les libéraux soupçonnent en fait le gouvernement de lorgner les 21 milliards de réserves des dix caisses, l'équivalent de 10 à 11 ans de prestations et aussi du besoin de financement total du système des retraites en 2020. «Cette somme est le fruit des sacrifices consentis depuis 30 ans par les libéraux en prévision du papy-boom», se défend la CNAVPL. Au titre des efforts fournis, les libéraux doivent cotiser jusqu'à 65 ans pour partir avec une pension complémentaire sans décote. Près de quatre ans de plus (à date d'aujourd'hui) que les salariés du privé. Selon nos informations, la Cour des comptes se serait récemment intéressée de près à ces réserves en vue de les mutualiser.

Le siphonnage des trésors cachés des caisses, où qu'ils se trouvent, est un sport très pratiqué au sein de l'État en période de disette budgétaire. Et les libéraux ont peur d'être une future proie. Première étape, l'État pourrait mettre la CNAVPL en difficulté financière en accentuant les ponctions dont elle fait déjà l'objet au titre de la «compensation interrégimes» pour financer les caisses en fort déficit démographique (agriculteurs, artisans…). La deuxième étape consisterait à renflouer ladite caisse en branchant un tuyau sur les réserves des caisses complémentaires.

La priorité, pour les libéraux, est donc aujourd'hui de sécuriser dans la loi l'utilisation de leurs réserves afin, explique-t-on à la CNAVPL, «qu'elles ne puissent profiter qu'à ceux qui les ont patiemment constituées». Bref, que la fourmi ne se fasse pas vider les poches par la cigale

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Merci de faire signer la pétition électronique à tous vos contacts.

 C'est simple et gratuit par mail.

Notre mobilisation doit être à la hauteur de notre colère!

le lien simple et efficace:

http://www.professionsliberalesendanger.org/,

Rrrrrrrr

Le Président Guy ROBERT accompagné de Christian CŒURÉ  ont présenté la CNRPL au SÉNAT lors d'une audition accordée par Mme Christiane DEMONTES, Sénateure, rapporteur du projet de loi garantissant l'avenir et la justice su système de retraite.

http://www.senat.fr/rap/l13-095/l13-09513.html

Le compte rendu : La CNRPL reçue au Sénat le jeudi 10 Octobre 2013

Dans le cadre de l’examen du projet de loi garantissant l’avenir et la justice du système de retraites, Madame
Christiane Christiane DEMONTES a reçu une délégation de la CNRPL pour une « audition ».
Cette « audition » démontre qu’aujourd’hui la CNRPL est reconnue comme interlocuteur qualifié pour évoquer le
problème des systèmes de retraites.
Le président ROBERT a présenté la Confédération dans sa composition d’associations de professions libérales
multiples et diversifiées puis a développé les résultats d’une étude approfondie sur la situation des caisses
composantes de la CNAVPL.
Si l’on peut considérer et accepter aujourd’hui que les régimes de bases puissent être unifiés Guy ROBERT et
Christian CŒURÉ ont fait savoir que compte tenu de la bonne gouvernance de la CNAVPL et de sa saine gestion
qui l’amène à contribuer à la compensation nationale à hauteur de 607 millions d’euros, il demande avec force et
vigueur que l’on ne modifie en rien le statut actuel de nos caisse complémentaires.
Madame la Sénatrice Christiane DEMONTES a écouté avec intérêt l’exposé et a bien enregistré les demandes du
président.
Nous la remercions de cette attention en lui rappelant que les professions libérales ne sont pas dans la revendication
mais que nous prenons rendez-vous pour un nouveau point sur les réformes en cours, sachant que nous resterons
très vigilants sur les propositions qui seront formulées par le gouvernement.

 http://www.senat.fr/rap/l13-095/l13-09513.html

La Confédération Nationale des Retraités des Professions Libérales a apporté son soutien à l'UNAPL dans le refus de l'étatisation ces Caisses de retraite des Professions Libérales.

Elle rappelle que nos régimes contribuent largement au soutien d'autres régimes défaillants et que les professionnels libéraux entendent conserver la gestion responsable de leurs caisses. Dans un pays où l'on prône l'égalité, le moment ne serait-il pas venu de réformer les régimes spréciaux et ceux qui dépendent par trop de la contribution publique, avant de boulverser, sans concertation, la gestion des caisses d'exercice libéral ?, s'interroge la CNRPL.

S'i faut faire évoluer la gestion de leur régime, les retraités des professions libérales n'ont jamais été opposés à la concertation et aux discussions mais ils ne peuvent accepter le diktat contenu dans le projet de réforme des retraites.

Guy ROBERT

Président

Retraités ! Seule notre UNION donnera sa force à notre représentation


Siège Social: UNAPL- 46, rue de la Tour Maubourg 75007  PARIS

 Tél. 01 44 11 31 50

cnrplcontact@gmail.com

PROCHAINE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE LE MARDI 17 MARS 2015
à 10 h 00 PRÉCISES 
 
au siège de la Confédération Nationale
46 Bd de la Tour Maubourg
75007  - PARIS 
 
NOS INVITÉS :
 
 
         Michel CHASSANG, Président de l'Union Nationale des Professions Libérales - UNAPL 
Pierre ERBS, Président de la Confédération Française des Retraités - CFR -
 
Bernard DELRAN, Président du Régime Sociale des Indépendant Professions Libérales. - RSI - 
 
Pierrre GODET, Président de la commission Action Sociale du RSI -Caisse nationale.
Isabelle BITOUZET, Responsable du département d'Action Sociale du Régime Social des  Indépendants - RSI - 
 
Pierre MOREL, Président de la Caisse Nationale dAssurance Vieillesse des Professions Libérales  - CNAVPL
 
Compte tenu de la qualité de nos invités et de l'importancee des sujets traités, les Associations adhérentes à la CNRPL sont invitées à mobiliser leurs membres et venir participer en grand nombre à cette Assemblée.
 
Le Président
Guy ROBERT 

POUR VOUS AIDER ....VOUS POUVEZ CONSULTER LE GUIDE PRATIQUE DES IMPÔTS EN CLIQUANT SUR DE CE LIEN :

http://www2.impots.gouv.fr/documentation/2013/idl/idl_2013.html#I

BIEN HABITER POUR MIEUX VIEILLIR : QUELLES SOLUTIONS

Du côté de l'UNAPL

Liste des fichiers

Lettres de la CNRPL

Sites Internet de nos adhérents